Des étudiants dans une université

À quoi vous sert la CVEC (contribution à la vie étudiante et de campus) payée à la rentrée

Afin de pouvoir s’inscrire dans un établissement supérieur, les étudiants doivent payer la CVEC. Pour l’année scolaire 2023/2024, le montant s’élève à 100 euros par élèves. Mais alors, qu’est-ce qu’elle devient une fois que tous les étudiants ont réglé leur participation ?

Focus sur la CVEC

La contribution à la vie étudiante et de campus concerne tous les étudiants qui souhaitent accéder à des établissements de l’enseignement supérieur. Cependant, il y a plusieurs profils qui sont exonérés de cette obligation. Notamment, les élèves qui sont inscrits en DCG et en BTS, les boursiers ainsi que ceux qui suivent une formation continue ou en échange international dans l’hexagone. Quoi qu’il en soit, il est totalement légitime de se demander à quoi sert cette somme une fois qu’elle est versée auprès des responsables.

D’après la loi relative à l’orientation et la réussite des étudiants ou ORE, cette contribution doit être attribuée à l’accompagnement social, culturel, sanitaire et sportif des bénéficiaires. Cela dit, voyons ensemble ce que cette somme devient réellement.

Lire aussi :  Réorientation en milieu d'année : comment préparer une rentrée décalée ?

La CVEC pour le bien-être des étudiants

Après le paiement de la participation, c’est le Crous de l’académie ou centre régional des œuvres universitaires et scolaires qui s’occupe de la collecte. Celui-ci conserve entre 7,5 à 15 % de la somme avant d’être redistribué vers les établissements affiliés. Ces derniers perçoivent alors 0,20 ou 41 euros/étudiants. Cette valeur varie en fonction de la catégorie de l’établissement.

Les différentes actions qui peuvent être financées avec cette contribution sont précisées dans la note du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation du 21 mars 2019. Cela dit, la CVEC est destinée essentiellement à améliorer les conditions de vie des étudiants :

  • Les formations au premier secours
  • Mettre en place des épiceries solidaires
  • Soutenir le social
  • Accéder aux soins de la santé sexuelle
  • Organiser des ateliers artistiques et des tournois sportifs, etc.

La CVEC pour financer les projets des étudiants

La gestion de la somme revient à chaque établissement qui fixe des priorités. Afin de sélectionner les projets bénéficiant du financement, une commission doit être mise en place. Celle-ci se compose de plusieurs membres provenant de l’administration et des élus des élèves. Le budget est alors réparti selon les différents services.

Dans de nombreux établissements, les étudiants participent activement aux projets. Prenons par exemple l’université Jean Monnet à Saint Étienne qui organise une réunion de la commission au moins tous deux mois. C’est l’occasion de déterminer la somme destinée aux projets des étudiants.

Lire aussi :  Enseignement supérieur : Retour au papier et crayon ?

Du côté de l’université de Nanterre, la CVEC a permis de financer une dizaine de projets qui visent notamment à mettre en place un tri sélectif ou encore à végétaliser les murs extérieurs des bâtiments. Parmi les projets bénéficiaires, il y a également l’installation de station de réparation de vélos et de table de ping-pong, etc.

À l’université de Paris, il y a des appels à projets qui sont lancés régulièrement pour l’amélioration des conditions au campus.

Univ-Nuémrique est un site indépendant d'actualités et d'informations. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités.

jean-rouillard
Jean Rouillard
Académies :
Départements :
Communes :
Etablissement :