Accompagner un enfant handicapé

AESH : pourquoi c’est devenu si compliqué dans ces villes ?

L’AESH ou Accompagnant d’Élèves en Situation de Handicap, comme son nom le décrit, permet de favoriser l’autonomie de ces derniers. Bien qu’indispensable pour les enfants concernés, cette éducation est difficile d’accès, notamment dans certaines villes. Quelles sont les raisons de cette différenciation territoriale ? Explications.

Une pénurie d’AESH dans certaines villes de France

Trouver un accompagnant pour un enfant en situation de handicap peut devenir assez compliqué. D’après le sondage effectué par l’association TouPI (qui défend le droit des personnes présentant des troubles du neuro-développement) en 2021, près de 31% des parents dont les enfants sont en situation de handicap n’ont pas pu profiter de l’AESH. Et la situation n’a toujours pas évolué depuis.

De nombreux parents en témoignent, comme la maman de Mathis, un élève autiste qui fait son entrée dans un lycée à Allauch, dans la Bouche-du-Rhône, qui peine à trouver un AESH pour son fils. Il faudrait, selon elle, « réévaluer le statut d’AESH ». Ophélie Hubert, la mère d’une petite fille autiste, subit également le même problème. Si son enfant avait l’habitude d’être suivie par deux accompagnants auparavant dans son école Haute-Garonne, la donne a changé. Elle a expliqué que « on nous a simplement dit qu’il n’y en avait pas ».

Lire aussi :  Tout savoir sur le master d'études européennes et internationales !

Les élèves de la Manche et du Corentin figurent aussi parmi ceux qui ne profitent pas de l’AESH. « On a peur que dans les jours qui viennent, cela impacte sa scolarité. » a déclaré le parent de Mickaël Jumelin, autiste qui vient de rentrer en 6ème.

Les freins à l’inclusion scolaire des enfants en situation de handicap

Voici les différentes raisons qui expliquent pourquoi l’AESH est compliqué dans certaines villes :

Un souci de budget

Il est important de rappeler que le financement de l’AESH dépend du type d’établissement scolaire où vous souhaitez inscrire vos enfants. Si vous optez pour une école publique, l’État assure le financement. Pour en profiter, il suffit de déposer une demande auprès de la Maison départementales des personnes handicapées.

En revanche, la situation est plus complexe si l’établissement est privé. La famille doit, en effet, prendre en charge le salaire de l’AESH ainsi que les charges sociales. Et le tout peut revenir assez cher. Dans certains cas, il existe des aides destinées au financement de ce dernier.

Lire aussi :  Bourses au mérite : plus d'étudiants peuvent en bénéficier, vérifiez votre éligibilité !

Un problème de candidatures

Malheureusement, le métier d’accompagnement pour les enfants en situation de handicap reste peu attractif. Non seulement le personnel est souvent mal payé, mais il est également mal reconnu. Il arrive aussi qu’il rencontre des changements fréquents d’affectation. Pour confirmer cela, la présidente de l’association AESH France, Elisabeth Garnica a annoncé que : « Nous sommes les pions invisibles de l’éducation nationale ». Or, cette situation dégrade fortement les conditions d’accompagnement des élèves au besoin.

Certains AESH font également face à des difficultés administratives ainsi que des conditions de travail difficiles. Bon nombre d’entre eux abandonnent et préfèrent s’orienter vers un autre métier qui valorise leurs compétences.

Univ-Nuémrique est un site indépendant d'actualités et d'informations. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités.

jean-rouillard
Jean Rouillard
Académies :
Départements :
Communes :
Etablissement :