École inclusive : grève contre l'Acte 2 de l'école inclusive

École inclusive : grève contre l’Acte 2 de l’école inclusive

L’École inclusive est au cœur d’une grève contre l’Acte 2 qui suscite de vives inquiétudes. Cette mobilisation, qui prend de l’ampleur, vise à dénoncer les mesures envisagées par le gouvernement en matière d’inclusion scolaire. Les acteurs de l’éducation expriment leur mécontentement face à des changements jugés préjudiciables pour les élèves en situation de handicap.

Cette contestation met en lumière les craintes liées à une possible régression de l’égalité des chances et de l’accès à l’éducation pour tous. Alors que l’école inclusive est un enjeu majeur de notre société, cette grève soulève des questionnements sur les orientations prises dans ce domaine.

Grève et manifestation contre l’Acte 2 de l’école inclusive

Grève et manifestation contre l'Acte 2 de l'école inclusive

Le syndicat FNEC FP-FO a lancé une mobilisation nationale afin de dénoncer les dangers que représente l’Acte 2 de l’école inclusive pour les personnels enseignants et les élèves. L’objectif de cette mobilisation est de mettre en lumière les conséquences néfastes de l’inclusion systématique et forcée des élèves en situation de handicap dans les établissements scolaires.

Lire aussi :  Les études de santé coutent jusqu’à 7 000 euros - Pourquoi est-ce aussi cher ?

Selon le syndicat, cette politique met en péril la qualité de l’enseignement et le bien-être des élèves, en créant des conditions d’apprentissage inadaptées et en surchargeant les enseignants. La grève et la manifestation visent à alerter les autorités sur ces problématiques et à demander des mesures concrètes pour garantir une éducation de qualité pour tous.

Opposition aux Pôles d’Appui à la Scolarité (PAS)

Le syndicat FNEC FP-FO s’oppose fermement à la mise en place des Pôles d’Appui à la Scolarité (PAS) prévus dans l’Acte 2 de l’école inclusive. Selon le syndicat, cette mesure donnerait à l’institution le pouvoir de décider du nombre d’heures d’accompagnement nécessaires aux élèves en situation de handicap, sans prendre en compte les besoins spécifiques de chaque enfant.

Cette approche uniformisée risquerait de négliger les difficultés individuelles et de compromettre l’inclusion réelle des élèves concernés. De plus, le syndicat dénonce l’utilisation du 49-3 pour inscrire cette mesure dans le projet de loi de finance 2024, ce qui empêche tout débat parlementaire et démocratique sur le sujet.

Lire aussi :  ESSEC : Lancement d'un nouveau Bachelor pour les sportifs de haut niveau

Destruction des structures spécialisées et adaptées

Le syndicat FNEC FP-FO exprime sa vive opposition à l’Acte 2 de l’école inclusive annoncé par le président Macron. Selon le syndicat, cette politique vise à détruire les structures spécialisées et adaptées, mettant ainsi les personnels, les élèves et les familles dans des situations insupportables et maltraitantes.

En supprimant ces structures, l’Éducation nationale compromet l’accompagnement individualisé des élèves en situation de handicap, les privant ainsi d’un environnement propice à leur épanouissement et à leur réussite scolaire.

De plus, le syndicat critique vivement les PAS qui permettraient à l’Éducation nationale de prendre le contrôle des notifications MDPH afin de réduire l’accompagnement des élèves. Cette mesure risque de fragiliser davantage les élèves en situation de handicap et de les exclure du système éducatif.

Univ-Nuémrique est un site indépendant d'actualités et d'informations. Soutenez la rédaction en nous ajoutant dans vos favoris sur Google Actualités.

jean-rouillard
Jean Rouillard
Académies :
Départements :
Communes :
Etablissement :